Recette du bonheur à base de Demnate et de Bin-el Ouidane

Accordez-vous une pause, saupoudrez-la de juillet ou d'août, mélangez avec quelques routes marocaines, faites dorer au soleil et laissez mijoter pendant quatre jours : la recette simple du bonheur.

Il y a un an, vous savez, l'année où les jours feriés tombaient encore en semaine et nous permettaient de poser des ponts, enfin bon ça c'était avant hein, parce que 2016, c'est une toute autre histoire. Ma3lish, poursuivons. C'était donc en juillet 2015, pour la fête du trône, que rajli et moi offrions à Beija une sortie bien pittoresque. Partis à l'aube de Casablanca, nous sommes sortis de l'autoroute juste après Settat, pour rejoindre El Borouj le long de la R308, puis dériver à travers de mini routes de campagne, traversant des villages, des collines et des vallées, et conduisant peu avant la ville de El Kelâa des Sraghna. Une bifurquation juste avant la ville nous a permis de rejoindre notre point de chute : la Kasbah Illy, au dessus de la ville de Demnate. A la sortie d'une petite montagnette, la majestueuse Kasbah nous a offert une vue splendide sur la vallée. La piscine se jetait dans cette impressionante vue panoramique, et nous fûmes immédiatement conquis. Nous nous sommes donc installés dans cette jolie kasbah aux murs d'ocre avec ses quatres massives tours et ses arches de pierre abritant les tables du dîner au bord de la piscine. L'endroit est enchanteur, et on pourrait y passer ses journées sans demande rien d'autre !

Mais gros bémol, l'après-midi la kasbah a ouvert ses portes aux habitants du village. Intelligent business, mais très négatif pour les visiteurs qui payent quand même six cents dirhams une nuit pour ce cadre idyllique, et se retrouver dans une piscine publique remplie de monde ne correspond pas vraiment à la notion de tranquillité vendue par le lieu. Mais bon, nous avons pu profiter de la piscine en matinée et en fin de journée, et ainsi remplir nos après-midi d'autres belles excursions !



A quelques minutes seulement de la kasbah, il est indispensable d'aller jeter un œil au pont d'Imni Ifri. Véritable curiosité naturelle, cette immense cavité de type grotte se descend à pied à travers des escaliers en serpentin, et se remonte, non sans peine en plein cagnard, mais dans la bonne humeur et à travers un enchaînement de superbes panoramas ! L'endroit est très courru, il faut le savoir, mais le monument naturel est assez impressionnant et mérite le détour. Ensuite, arrêtez-vous savouer des chewyas, des grillades au dessus de la grotte, à la fraîcheur des arbres.


Notre grosse excursion nous emmena ensuite au lac de Bin el Ouidane, à une grosse heure d'où nous nous trouvions. Une suite de routes de campagne parfois presque montagneuses dans ces prémisses d'Atlas ont enchanté nos yeux pendant le trajet. Une excursion en bateau nous attendait une fois arrivés au bord du Lac où nous rejoignions un couple d'amis. Le plaisir de se sentir voguer sur le lac, les eaux vertes dans lesquelles quelques courageux se jettaient, le soleil brûlant, et surtout, les pans magnifiques des montagnes du lac ont fait de cette promenade un pur émerveillement. La pause déjeuner n'en fut que tout aussi magique, puisque le bateau fit escale au pied d'un immense ascenceur transparent à flanc de montagne, nous élevant dans les airs jusqu'à un restaurant niché dans la montagne, offrant à nos yeux comblés une vue unique sur tout le lac et les alentours. Bin el Ouidane remplit ses promesses les yeux fermés, même s'il nous restait encore tant à découvrir là-bas, des activités nautiques à la pêche, en passant par les cascades d'Ouzoud ou la vallée heureuse d'Aït Bougemez, à quelques kilomètres du lac. Ce sera pour une autre fois.



Nous empruntâmes la même route au retour, ce que je vous recommande fortement, car elle est à elle-même une destination, tant ses petits villages sont plein de cachet, et vous donnent envie de vous y arrêter. Un arrêt à El Borouj pour manger là aussi des grillades autour d'un mythique thé de la région, et nous voilà rentrés, les cœurs emplis de souvenirs. Demnate et Bin el Ouidane n'ont qu'un seul mot à vous dire : Ajikoum !











Gawria Aromatisée

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire