Comme un grain de semoule devant un couscous géant

Ce soir je me sens comme un grain de semoule dans un couscous géant. On n'est ni le 1er janvier, ni dans une période particulière d'introspection, et pourtant j'ai une flopée de bonnes résolutions et de liste d'améliorations qui me montent à la tête. 

Je me sens comme une fourmi face à une montagne, une clé de sol sur la première portée des 4 saisons de Vivaldi, un grain de semoule devant un couscous géant. J'ai une soudaine prise de conscience, un peu plus en surface qu'à l'accoutumée, comme si mes défauts surgissaient un peu plus lourds, un peu plus incisifs, un peu plus volontaires. Comme pour me dire : ne te repose pas sur tes lauriers illusoires, vois tout ce qu'il te reste à améliorer, tu es loin de toi-même, loin de ton véritable potentiel, et il est temps d'entrer dans une nouvelle phase où tu travailleras sur tout cela.

Ce qui m'a amenée à me demander ce que sont vraiment ces "bonnes résolutions" que l'on prend comme ça, de temps en temps, au détour de la vie, et qu'on abandonne, pour la plupart d'entre elles, sans même nous en rendre compte, aussi vite qu'elles ont germées dans nos petites cervelles... Pourquoi est-ce si difficile de tenir une bonne résolution ? Et doit-on vraiment passer notre vie à essayer de nous améliorer ? Le but de la vie n'est-il pas de profiter et d'être bien tel que l'on est ? La vie n'est-elle pas assez compliquée que l'on doive s'ajouter des tas d'objectifs et de décisions pénibles pour obstruer davantage notre chemin ? Après réflexion, j'ai réalisé que ce sont en fait ces envies de mieux qui sont le moteur de nos vies. L'essence de nos journées. Sans ces ambitions personnelles, sans ces idéaux de comportement et de mode de vie, nous nous laisserions dépérir en restant tels que l'on est, sans chercher à aller de l'avant. 

Nul besoin donc de s'en vouloir pour toutes ces résolutions rapidement jetées au placard, car leur but premier, avant même de nous amener à un changement ou à une amélioration, est de remplir notre réservoir d'envie, notre réservoir de vie, notre réservoir d'espoir. De remettre sans cesse du carburant pour rester motivé et tourné vers le positif, pour nous fixer des objectifs. Je me souviens que je disais toujours une chose à ma copine Laetitia lorsque nous étions au lycée et que l'on essayait de combattre certaines idées noires propres à tous les adolescents qui ne cessent de remettre le monde et la vie en question, et cette chose me revient en tête assez souvent et se vérifie je crois : la solution pour être heureux, c'est juste d'avoir toujours au moins un objectif devant soi. Un objectif dans sa tête. Qu'il soit à court ou long terme, qu'il soit grand ou petit, ce sont ces objectifs qui nous poussent à lever notre corps de nos lits, à orienter notre esprit vers l'action et vers l'atteinte de cet objectif. Le jour où tu n'as plus aucun objectif, plus aucune chose, matérielle ou spirituelle, que tu désires, alors cela devient difficile de regarder la vie avec un grand sourire. Sauf si tu es passé maître en apoplexie et que tu te satisfais de ce que tu as en y puisant toute ton énergie, comme un moine tibétain avec un niveau de sagesse incroyable.

Donc le petit grain de semoule que je suis devant le couscous géant de mes défauts à améliorer se rassure un peu et se dit que l'existence même de cette volonté est gage de promesses. La question qui se pose ensuite, est de savoir comment faire pour réaliser ces améliorations, car alors là ce serait le jackpot des bonnes résolutions. Double-bonheur. Celui d'avoir des objectifs, et celui de les accomplir. Et après, ce n'est plus qu'un chemin qui en appelle un autre et une escalade sur l'échelle du bonheur. J'ai lu dans Le moine qui vendit sa Ferrari une méthode en cinq étapes pour apprendre à réaliser un objectif, et je crois que je devrais commencer par choisir au moins un de mes innombrables défauts et me mettre à l'exercice. En gros, voici la méthode :

1 - Se projeter : c'est la technique du "secret du Lac", il faut se poster calmement dans un endroit serein, chez nous, dans la nature, etc., respirer lentement, se placer en position de méditation quelques minutes, puis se projeter nous-même avec cet objectif atteint. Se voir, créer un petit film dans nos tête de nous avec cet objectif réussi. Notre cerveau va alors (inconsciemment pour nous) tout mettre en oeuvre pour que nos actes nous guident vers la réalisation de cet objectif, et va dicter à nos choix, nos actes, nos décisions, la bonne direction pour aller vers cette projection.

2 - Créer une pression positive : ceci afin de nous inspirer. L'idée est de se forcer à adopter le comportement nécessaire pour accomplir notre objectif. Pour se contraindre, nous devons trouver un moyen de se faire pression, car sans cesse pression il est facile de se laisser aller ou d'abandonner. C'est l'exemple de ces bloggeuses qui se lancent des challenges sur leur blog : elles ont toute leur communauté qui les suivent depuis l'annonce du challenge, et ce regard extérieur va les obliger à tenir, sous peine de décevoir son lectorat. Ainsi, un moyen de se faire pression peut être d'annoncer publiquement à son entourage ce que nous visons, et nous prenons ainsi un engagement moral qui nous poussera à tenir. Ou encore motiver quelqu'un de se fixer le même objectif, et ainsi le réaliser ensemble.

3 - Fixer une échéance : il est indispensable, pour atteindre un objectif quel qu'il soit, de se fixer une échéance. Sans date butoir, tout flotte, rien n'est dû. Nous devons être à la fois professeur et élève, notre propre juge et notre propre accusé. C'est le fait de s'imposer un délai qui va nous pousser à tenir le rythme, cette obligation de résultat nous force à s'y mettre avant qu'il ne soit trop tard.

4 - Ecrire l'objectif visé. Il paraît qu'une chose lue par notre cerveau s'imprime plus fort que la même idée juste pensée dans notre tête. Il paraît que notre cerveau, en lisant un message, comprend qu'il est plus important que d'autres, et nous permettra de le réaliser. Pour imprimer quelque chose dans nos têtes, il faut donc tenir par exemple un Livre des rêves, un journal des objectifs, dans lequel on écrit, et encore mieux, on illustre notre objectif. L'image s'imprime encore mieux dans nos rétines. Et il faut ensuite ouvrir chaque jour au moins une fois ce livre à la page de notre objectif, le relire, le regarder. Il finira par entrer dans le cerveau et par orienter inconsciemment nos actions vers cet objectif. Ce n'est pas un hasard si le matraquage publicitaire fonctionne... Exposés sans cesse à la même image et aux mêmes mots, certes on en a marre, mais on retient, et notre inconscient se formate aux informations reçues pour orienter nos envies et nos actes... 

5 - Mettre de la passion : un ingrédient essentiel dans notre quête vers un objectif. Toujours garder cette énergie et cette envie en tête et dans le coeur est essentiel pour y croire et rester motivé. Que ce soit perdre du poids, arrêter de dire des gros mots ou mieux organiser son travail, on doit le faire avec passion, cette dimension est inhérente à la réussite.


Je suis un grain de semoule devant un couscous géant. J'ai tellement de choses à changer, que ce soit dans la vie privée comme dans la vie professionnelle, de toutes façons ma lecture de la vie m'a démontrée depuis longtemps qu'on est nous-mêmes partout, que ce soit à la maison ou au travail, que l'on enfile des masques ou pas, on reste nous-mêmes, et c'est illusion de croire que l'on se sépare. C'est d'ailleurs une chance, et une opportunité, car chaque chose que l'on parvient à changer dans l'un de ces deux mondes rejaillit sur l'autre : une évolution dans mon management au travail m'apprendra à mieux gérer certains aspects de mon couple ; une meilleure gestion du stress me servira autant au travail qu'à la maison ; me mettre sérieusement au sport et améliorer mon alimentation me sera bénéfique où que j'aille et quoi que je fasse ; arrêter de râler, retrouver l'énergie positive permanente que j'ai toujours eu jusqu'à la fin de mes études ne peut qu'être catalyseur de réussite et de positif en famille comme entre collègues ! 

Tellement d'améliorations qui aident notre être à être mieux. Tout simplement. Partout. A prendre son ascenseur du meilleur. Des améliorations de comportement, de mode de vie, de pensée, de vision, de réactions, de projets, d'ambitions, de rêves... La vie nous offre cette chance de prendre du recul sur soi, de croiser des gens inspirants qui nous insufflent cette envie de nous améliorer, d'ouvrir des bouquins qui nous enseignent comment le faire, et surtout, de connaître dès qu'on le souhaite, la satisfaction d'avoir réussi... et de savourer un couscous géant bien mérité :)

Pour celles et ceux que cela intéresse, ci-dessous l'extrait du Moine qui vendit sa Ferrari au sujet des objectifs :


"−        Tu as dit qu’il y avait cinq étapes à suivre pour faire de mes désirs des réalités », dis-je impatiemment. « Quelles sont les trois autres étapes ? »

        La première étape consiste à avoir une vision très claire du résultat que tu souhaites. La deuxième est de créer une pression positive afin de continuer à t’inspirer. La troisième est simple : ne te fixe jamais un but sans lui donner une échéance. Pour concrétiser ton but, tu dois lui donner une date précise.

        Je suis d’accord. Une autre technique particulièrement efficace que j’ai apprise est de remplir ton livre des rêves d’images de gens qui ont cultivé les capacités, les talents et les qualités que tu espères imiter. Pour en venir à toi et à « ton bourrelet autour de la taille », si tu veux perdre du poids et être dans une forme physique superbe, colle l’image d’un coureur de marathon ou d’un athlète dans ton livre des rêves. Si tu veux être le meilleur mari du monde, pourquoi ne pas découper l’image de quelqu’un qui représente cela, peut-être celle de ton père, et la mettre dans ton journal à la section des relations ? Si tu rêves d’un château au bord de la mer ou d’une voiture sport, trouve une image de ces objets qui t’inspire et utilise-la pour ton livre des rêves. Ensuite revois ce livre quotidiennement, même quelques minutes seulement. Fais-en un ami. Les résultats te surprendront.

Ce que je veux dire c’est : ne fais jamais quelque chose parce que tu dois le faire. La seule raison pour laquelle il faut faire des choses, c’est parce que nous voulons les faire et parce que nous savons qu’elles sont bonnes.

L’étape finale dans la méthode des sages est celle qui est également applicable à mesure que tu avances sur le chemin de la vie.

Apprécie chaque instant du processus. Les Sages de Sivana parlaient souvent de cette attitude. Ils croyaient sincèrement qu’une journée sans rire, une journée sans amour, était une journée sans vie.

Le mot dont je parle est passion, et c’est un mot que tu dois constamment garder à l’esprit pendant que tu t’acquittes de ta mission et que tu cherches à atteindre tes objectifs. Une passion brûlante est le moteur le plus puissant qui te permettra de réaliser tes rêves.

Ce dont je parle, c’est la passion de la vie. Il faut retrouver la joie de s’éveiller tous les matins, plein d’énergie et d’entrain. Il faut insuffler le feu de la passion dans tout ce que tu fais. Tu en retireras rapidement de grandes récompenses matérielles et spirituelles."

Robin Sharma, Le Moine qui vendit sa Ferrari

Gawria Aromatisée

2 commentaires:

  1. Plus marocaine que notre gawria tu meurs ! :D Excellent billet Cécile !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Rima :) Heureuse que ces petites pensées puissent trouver écho :)

      Supprimer