Mon histoire avec la scène


Monter sur scène est toujours une histoire personnelle. On y vient par hasard, par espoir, par histoire, on se retrouve dessus et c'est alors le début d'une sorte de seconde vie. Une vie qu'on ne quittera jamais vraiment, même si on s'éloigne des planches un moment, un bout de notre coeur s'y est fixé et nous y rappellera, avec nostalgie, ou avec des projets. 


Mon histoire avec la scène je te la dédicace, Maman, toi qui m'a soutenue quand j'ai voulu essayer le théâtre une première fois, puis une deuxième, puis aujourd'hui j'y suis encore et chaque fois que mes pieds foulent la scène c'est toi que je vois... Parce que peu importe ce que j'ai pu être ou ce que j'ai pu faire, tu m'a toujours regardée avec ce sentiment de fierté, cet amour inconditionnel... Ce regard n'est-il pas finalement le vrai carburant de celle que je suis aujourd'hui ? Le message quotidien qui te dit "Vas-y, je te regarde, car tu existes, et je t'aime comme tu es..." Toi, comme Papa, tu as toujours pris le parti de nous laisser vivre nos vies, tu n'a jamais interdit une voie ou jugé une envie, tu as toujours écouté et poussé vers la découverte et l'accomplissement de soi. Même quand ce n'était pas votre monde, même quand ce n'était pas votre choix, vous étiez quand même là. ​

Aujourd'hui dans cette petite salle de Derb Ghaleff, sur ces planches de bois avec un costume de fête, aujourd'hui à la fin de cette pièce jouée comme à mes débuts, je suis devant le public certes mais dans ma tête, c'est toi que je salue.



J'avais dans les dix ans je crois
Quand pour la première fois
J'ai voulu monter sur scène
J'ai supplié que tu m’emmènes
Une fois sur place j'ai pris peur
J'étais en pleurs on est parties
Et tu n'as rien dit
Pas un reproche pas une colère.

Tu n'as rien dit non plus quand des années plus tard
J'ai voulu retenter, reprendre cette histoire
Tu m'as accompagnée et tu m'as fait confiance
Même si ce n'était pas ton monde, j'ai de la chance...
Tu m'as encouragée et puis le grand soir
Tu m'as donné des ailes sur cette grande estrade noire
Tu sais je me souviens quand je jouais ce texte
Où je criais "Maman" de plus en plus belle
Tu m'as dit après les applaudissements
A ta manière, tout simplement
Que tu n'avais pu supporter mes appels
Même si ce n'était qu'un jeu, même si ce n'était qu'une pièce ;
Jamais de toute ma vie je ne me rappelle
Telle émotion qui me traverse...

Tu vois Maman, monter sur scène
C'est notre histoire à toi et moi
C'est quelque chose qui me ramène
A quand j'étais enfant
C'était mon truc à moi
Mon petit rêve innocent
Sans prétention
Juste pour le plaisir
Juste pour se saisir
Du rôle des instants
Le temps d'un spectacle
L'amour du théâtre

La scène c'est un peu une grande Dame
Qui nous mène nous éveille nous enflamme
A nos propres et profonds états d'âme
Et ce soir à nouveau ces souvenirs te réclament
Car à nouveau​ ​sur scène​ j​e crie "Maman"
Et mon sourire soudainement se dévoile
Car alors tu es la, maintenant
Sur ces planches, avec moi.

Gawria Aromatisée

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire