Mon métier et moi

Dans ce vieil ascenseur qui m'emmène au quatrième étage chaque matin, je pense.

J'aime mon métier. 
Je ne le connais vraiment que depuis quatre ans, mais tous les deux on est passés par de nombreuses phases et aujourd'hui j'en suis toujours aussi gaga. Si ce n'est plus, car je commence à y entrer vraiment. J'en parlais justement aujourd'hui avec une amie, assises toutes les deux devant une crêpe au Nutella. Quoi de plus inspirant ? 

Avec mon job, on a flirté pendant cinq années d'études, puis un jour on s'est officiellement mis ensemble, on a signé notre premier CDI. Quelle euphorie que ces premiers mois d'aventure ! On découvre le sens de l'engagement, on se voit confier nos premières vraies responsabilités, on apprécie de voir notre compte en banque se remplir chaque mois, on se sent devenir un plus des adultes... 



Puis on a eu une phase de lassitude, pendant laquelle on a eu besoin de changement. Alors on a trouvé des moyens de casser la routine, en changeant de boîte à deux reprises. On y a énormément appris, vécu, rencontré, et on a aussi pas mal critiqué ou rejeté le milieu, changé un peu de vision... Et puis on s'est fait mettre à la porte par l'une d'elle qui licenciait en masse et on a dû faire une pause de deux mois. Mon métier et moi avons été forcés de prendre du recul, quelques semaines d'un chaud été. Le temps de réfléchir à ce qu'on voulait vraiment, le temps de postuler un peu partout. Et puis un jour, un jour que l'on n'oubliera jamais, comme un nouveau commencement, on a trouvé notre équilibre. On a repris du service dans un nouveau décor, et ce qu'on y a découvert est un vrai trésor. Jusqu'ici on était de jeunes amoureux fougueux mais pas vraiment capables de rester en place. On avait toujours envie d'ailleurs. Aujourd'hui on a réalisé que rester ensemble pouvait mener bien plus loin que tous les ailleurs de courte durée...


Alors on reste, et cela fait déjà plusieurs mois de bonheur à évoluer dans cette nouvelle vision. Plusieurs mois d'apprentissage, de challenge. On est entrés dans une nouvelle phase, mon métier et moi. On a réappris à se connaître, on a passé une nouvelle étape, un nouveau palier, pour aller bien plus en profondeur dans notre connaissance de l'autre, pour mieux saisir les tenants et les aboutissants de notre relation. Mon métier est un océan d'horizons, de leçons de vie et d'opportunités. On a compris des tas de choses, on en a découvert des nouvelles, ouvert des portes à d'autres qui viendront. Mon métier et moi, on est sans cesse en train d'évoluer, de surmonter les obstacles, les périodes de rush, les difficultés, les injustices, le stress, les problématiques multiples, pour consolider notre profond amour qui aura bientôt dix ans déjà, si on remonte à ses premiers balbutiements d'études, pour continuer à le faire toujours plus, et toujours mieux.

Ce qui est magnifique dans mon métier, c'est qu'il y a mille dimensions. Il y a l'organisation, la rigueur, la méthode qui sont extrêmement prégnantes. Il y a aussi la diplomatie, la gestion des différents acteurs, un véritable art qui ne cesse de devoir s'affiner, mais que j'apprends avec plaisir. Il y a la gestion du stress, l'anticipation, le sang-froid, qui sont des qualités personnelles autant que professionnelles et qui font partie du beau challenge à relever. Il y a la maîtrise de l'univers dans lequel on évolue, la nécessité d'en saisir toujours plus sur notre secteur pour toujours proposer mieux. Il y a le volet créatif qui est du pur bonheur, car tout peut devenir possible à la seule condition de le penser. Il y a l'aspect humain, tout ce relationnel si fort qui constitue certainement l'un des côtés les plus merveilleux et les plus difficiles de ce métier. Il y a cette envie de réussir, de prouver, de faire mieux, d'aller de l'avant. Et il y a cette possibilité de se réinventer sans cesse, de faire sa place et de la faire évoluer, de donner autant que l'on veut pour essayer d'apporter.  

Je réalise que tous les apprentissages de mon métier sont exactement les mêmes que dans ma vie personnelle, et vice-versa. Le relationnel, la rigueur, la maîtrise de soi, la créativité ; ces valeurs-là sont applicables réciproquement, et chaque pas que je fais d'un côté me sert instantanément dans l'autre. Quel bonheur qu'un métier qui nous fait avancer humainement, qui nous épanouit au quotidien, qui nous offre de traverser des petites épreuves, de faire des petits pas, d'apprendre l'humilité de reconnaître ses erreurs, de détecter ses faiblesses ? Quel bonheur qu'un métier dont les challenges nous font rêver ! Dont les acteurs nous motivent ! Dont chaque jour nous apporte tant !

Bien sûr tout n'est pas aisé, bien sûr quand le réveil sonne il est toujours difficile de se lever, bien sûr on peste, on craque parfois, on est loin d'être parfait ; bien sûr on rêve de vivre sa vie au bord d'une plage dorée, bien sûr on est au tout début mais... Mon métier et moi on se réinvente sans cesse depuis qu'on est ensemble, et on ne se quitte plus. C'est une histoire d'amour, une histoire de passion, pour laquelle je remercie de tout coeur celles et ceux qui de près ou de loin, m'ont menée jusqu'ici. Je remercie celles et ceux qui m'entourent aujourd'hui, qui m'aident, me soutiennent, celles et ceux qui me font confiance et m'offrent de le prouver, je leur demande pardon pour mes failles et mes erreurs, et je les remercie pour tout le bonheur qu'ils m'apportent, qui font de cet endroit un cocon et non pas une prison, qui m'offrent un lieu d'épanouissement, même si loin d'où je viens. Je remercie le head of management dont je tire chaque seconde une leçon, dont j'admire tellement la façon de gérer. Qui nous invitent dans cet endroit comme des coquillages sur une sculpture de sable déjà bien avancée en nous offrant libre cours pour l'améliorer à volonté ; pour en prendre pleinement part, pour y inscrire notre nom. La vie est juste une source d'apprentissage dont chaque micro-expérience peut devenir un acquis si on sait lui offrir l'espace de se transformer.

Quand ce que tu fais correspond si bien à ce que tu es, quand tu te souviens d'une année lointaine à ne pas savoir vers où t'orienter, quand tu te sens tellement à ta place et que c'est cela qui te fait rêver, quand chaque fois que tu doutes ou que tu butes une belle réponse t'est apportée, quand tu as encore tout à apprendre et que cette idée te fait te lever... Je souhaite à tout le monde de pouvoir un jour y goûter.

Parce que c'est dans les grosses périodes que l'on prend conscience des belles choses. 


Gawria Aromatisée

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire