Les bici-maquinas du Guatémala



J'ai vu cette émission formidable un soir de Novembre, sur ces gens qui utilisent leurs mains pour aller au bout de leurs rêves, ou pour rendre service. Pour l'humaniste passionnée de bricolage que je suis, autant dire que cette émission semblait avoir été taillée pour moi sur mesure.

L'un des volets du reportage présentait un homme qui a construit... son propre paquebot. Pendant des dizaines d'années, dans son jardin du Nord de la France, il a imaginé, conçu et fabriqué, pièce par pièce, un immense paquebot luxueux qu'il a réussi à mettre à l'eau. Ce qui m'a touchée est que ce Monsieur était un mineur de fond qui a construit ce paquebot afin de passer sa retraite à voyager, faire le tour du monde, lui qui a passé sa vie sous terre, dans les mines. Le plus émouvant fut la mise à l'eau du paquebot, les larmes d'un vieil homme qui a réalisé son rêve d'enfant, et les larmes de sa femme qui l'a toujours soutenu dans son projet.

Un second volet présentait le parcours d'un français établi dans je ne sais plus quel pays d'Afrique Subsaharienne qui a inventé des cerfs-volants servant de systèmes d'alarme pour les barques de pêcheurs perdues au large. Une idée simple pour ces personnes dont la survie dépend de la pêche mais qui n'ont pas les moyens de payer un système d'alerte.

Le troisième reportage m'a tout aussi émue par son humanisme et sa simplicité. L'équipe de l'émission est allée à la rencontre d'un guatémaltèque qui a monté une "entreprise sociale et solidaire", sans même en avoir conscience. Il est parti d'un constat simple : nombre d'habitants de la campagne sont dépourvus de moyens et effectuent à la main des tâches éprouvantes, dans leur travail comme à la maison : tirer l'eau d'un puits, égrainer du maïs... Le bricoleur de génie a eu l'idée de recycler des vélos et de les transformer en machines qui seront actionnables à la force des pieds, via le pédalier. Il permet ainsi de réduire les efforts infligés aux mains et au dos, d'automatiser et d'accélérer certaines productions, et de simplifier la vie des gens. Nombreux particuliers et entreprises ont pu bénéficier de cette ingénieuse et simple technique, accessible pour de très petites sommes, qui leur changent la vie.

Les bici-machinas, comme sont surnommés ces appareils, sont fabriquées sur mesure pour chaque besoin dans un atelier, et les vélos sont rachetés, récupérés, voire même reçus par dons ou autres ressources. Et le concept est en train d'être exporté à travers le monde entier, grâce à des plans de machines mises en ligne sur un site internet ! Ce que j'ai aimé, c'est l'intelligence de cet homme qui rend service de façon intelligente et qui lui permette de vivre lui aussi. Cet entrepreneuriat social et solidaire dans sa plus simple démonstration vient nous rappeler à quel point l'humain est présent, et de quels miracles il est capable.

A nous d'inventer des solutions faciles et accessibles qui faciliteront la vie de ceux qui nous entourent et qui ont aussi besoin d'un coup de pouce !

Gawria Aromatisée

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire