Tu sais que tu es en train de t'aromatiser au Maroc quand :

Tu dis à toute personne qui a besoin de quelque chose que tu connais quelqu'un qui peut l'aider pour ce truc (même si c'est pas toujours hyper vrai).

Tu n'as jamais autant demandé de fois à des gens comment ils allaient dans la même phrase : Salam, labas, bikhir, kidayr, kulshi mzyane ? (Et après on dit que ce sont les français qui font des manières avec leurs règles de politesse). 

Tu as déjà fait la blague de "Cinq et Jeudi" à la place de "Khamsa w Khmiss" et tu en as été très fière, ton premier jeu de mots en arabe. Wow, tellement drôle.



Toi qui n'as jamais su différencier un steak de bœuf d'une côtelette d'agneau, daba tu connais par cœur tous les plats qui peuvent être faits avec un mouton, et à quel plat chaque partie de la bête correspond : morozia, boulfaf, guddid...

Tu ne t'étonnes (presque) plus de voir un âne et une Porshe Carrera se côtoyer à un feu rouge.

Tu sors en claquant la porte d'un taxi en lançant un "blèch" si celui-ci ne met pas le compteur.

Tu sais qu'il y a des endroits où ce n'est même pas la peine de prendre un taxi, à la sortie du Morocco Mall par exemple tu marches un peu sur la Corniche car sinon tu te feras automatiquement avoir.

D'ailleurs quand tu montes dans un taxi tu appelles systématiquement quelqu'un à qui tu glisses le plus possible de mots en arabe pendant ta conversation, pour que le chauffeur sache bien que tu n'es pas une simple gawria qu'il pourra pigeonner ! Tactique infaillible, testée et approuvée.

Tu connais le cours de la tomate par cœur et gare au vendeur qui voudra t'arnaquer.

Quand ta famille ou tes amis viennent te voir, tu ne les emmène plus simplement à la Sqala et à la mosquée Hassan II, mais tu leur fais découvrir L'Baladia avec les têtes de dromadaires et le marché aux sorcières de Derb Sultane, ou encore les vieux hôtels magnifiques de Mers Sultan et Derb Omar.

Tu as désappris à te repérer dans la ville à l'aide d'une carte ou des noms de rue mais par contre tu connais tous les repères et les surnoms pour désigner un endroit.

Tu parles (presque) couramment le langage des signes des chauffeurs de taxi, et si tes parents te voyaient ils penseraient que tu fais partie de la CIA ou quelque chose comme ça, un truc d'espions quoi avec plein de codes secrets et tout.

Tu n'as plus peur quand tu vois des grands Monsieurs marcher dans la rue avec des immenses couteaux ensanglantés (enfin le jour de l'Aid, quoi, le reste du temps tu flippes encore un peu quand même).

Tu maîtrises les phrases de base de survie au Maroc : kayn oula makayn, machi mouchkil, ch7al, allèch, bghit. Quand tu connais ça, tu peux te débrouiller dans toutes les situations.

Tu as adopté les mêmes habitudes que toutes les personnes de la ville, même si tu veux faire genre que t'es différente : week-ends plage et séjour dans le Nord en été, virée à Ifrane en Janvier, exploration du sud au printemps et Dimanches à manger du poisson à Dar Bouazza en hiver.

Tu portes désormais aussi bien le Caftan qu'une robe de soirée.

Tu as déjà fait faire des djellabas, teckchitas et autres merveilles sur mesure que tes copines françaises découvrent jalousement sur tes photos Facebook (oui, le Maroc est un compte de fées où les femmes peuvent vraiment s'habiller en princesses, comme dans les rêves, oui).

Tu as commencé à remplacer Victor Hugo et Jean Jaurès dans ton esprit par Mohammad Zerktouni et Mehdi Ben Barka ; d'ailleurs, tu apprends l'histoire du Maroc à travers les rues Casablancaises.

Et tu as déjà mille fois souri et puis marqué ton étonnement, un petit brin d'émotion à l'oeil, quand tu es tombée sur les anciens panneaux de rues "Rue Saint-Emilion", "Rue de Franche-Comté"... 

Maintenant pour toi Bourgogne et Gironde ne sont plus des régions françaises mais des quartiers bidawis.

Et Racine n'est plus un auteur dramatique mais l'un des coins les plus aisés de Casa.

Tu as effacé de ta mémoire tout ce que tu as galéré à apprendre appris en passant ton code et ton permis en France : doubler par la gauche, attacher sa ceinture, avoir un rétroviseur.

Désormais tu sais que les vendeurs de 2-roues en France arnaquent les gens : une mobylette Peugeot peut transporter jusqu'à 5 personnes, 2 adultes, 1 enfant en bas âge, un bébé en écharpe et un mouton. C'est sûrement une technique de la part des concessionnaires pour vendre plus de scooters, les malhonnêtes. Heureusement, ici les gens ne se font pas avoir.

Pareil pour le fonctionnement du feu rouge : tu as enfin compris qu'on pouvait accélérer le passage au vert simplement en se mettant à klaxonner tous ensemble. Et parfois, même pas besoin d'attendre le vert, de toutes façons c'est une question de secondes hein.

Quand un nouveau Marjane, un MacDo ou un centre commercial ouvre à Casablanca, tu es comme tout le monde, tu partages l'excitation et tu attends le moment où tu pourras enfin y aller.

Tu as révolutionné ta façon de manger du poisson : ce n'est plus un joli poisson gastronomiquement arrosé de citron mais une assiette de friture assaisonnée à la charmoula, dont la simple idée te fait saliver. Ah, oui, et tu ne mettras jamais les pieds dans un restaurant de poisson s'il n'a pas de zellige aux murs : l'odeur va s'incruster, ça va sentir mauvais ! Règle de base.

Si ta Maman aurait pu imaginer qu'un jour tu mangerais des pois chiches dans la rue aussi facilement qu'un paquet de chips, elle ne t'aurait pas cru. Et pourtant si, assaisonné avec un peu de sel et de cumin, il n'y a pas grand chose de plus délicieux pour accompagner la balade en centre-ville du samedi soir.

Cela ne te viendrait même plus à l'idée de faire cuire un steak dans de l'huile de table ; l'huile d'olive te sert dans tous les plats, alors qu'en France c'était la touche de luxe pour les salades.

Tu peux boire un jus d'avocat goût Oréo ; et cela ne t'étonnes même pas.

Tu sais que Mercredi c'est Rfissa, et vendredi couscous. C'est un fait, c'est tout.

Tu n'as plus un "canapé" mais un "sadari", "petit déjeuner" mais "ftour", et ton langage s'est peuplé de petits connecteurs en darija : fel taxi, bessaha la coupe, at3ni un coup de main 3fak".

Une voiture rouge est un taxi. Point. Qui peut bien encore acheter une voiture rouge et venir ensuite se plaindre que tout le monde lui fait signe sans arrêt ?

Par contre... tu t'étonnes toujours autant de toutes les surprises que Casa t'apporte chaque jour, tu ne t'habitueras jamais à ces gosses qui jouent dans les rues, ils te procureront toujours autant de joie et d'émotion.

...
A suivre, plein d'autres signes que tu es en train de devenir une gawria aromatisée seront à découvrir dans un prochain article.






Gawria Aromatisée

2 commentaires:

  1. Ghita un très grand merci pour ce commentaire encourageant ! Touchée :) A bientôt sur ton blog
    http://happilysharing.blogspot.com/

    RépondreSupprimer