Envie de vieillir

Quand j'étais ado, ce que je souhaitais par-dessus tout, c'était d'être une grand-mère.
Soir ou matin, dans le car qui me transportait entre chez moi et le collège, je regardais les grands-pères et les grand-mères à travers la vitre, et je les enviais. La vie me paraissait tellement compliquée, et surtout tellement longue, tellement pleine d'efforts à fournir et de problèmes à résoudre, que je m'émerveillais devant ceux qui avaient déjà tout vécu, les yeux grands ouverts et le cœur serré. "Moi je n'en suis qu'au début, tout est encore à faire...". Et j'en voulais au monde entier de n'avoir comme issue que celle d'avancer, comme tout le monde, de me taper les 80 années de galère qui m'attendaient d'un air amer.

Puis comme qui dirait j'ai grandi, un peu, beaucoup. Il y a plus de dix ans déjà que j'enviais les mamies derrière ma fenêtre de car-accordéon. Aujourd'hui quand je vois une grand-mère, je prie pour ne pas en être là : j'ai trop de choses à faire, puis j'ai compris que l'arthrose, c'est pas la joie. Alors voilà, aujourd'hui j'adore les grand-mères, mais je me suis réconciliée avec ma jeunesse. :-)

Gawria Aromatisée

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire