Je n'ai pas "d'aide" à la maison... c'est grave Docteur ?

Ça peut paraître choquant... mais c'est vrai : je n'ai pas de femme de ménage. Ni d'aide à la cuisine. Je me farcis dari à l'huile de coude, et pour l'instant, je survis.

Il faut dire que je détiens une arme redouble, cet atout hérité de ma grande nation d'origine et pour lequel nous sommes mondialement réputés : l'art de râler. Je vous l'accorde, concrètement, ça ne change pas grand chose à la tâche à accomplir. Mais moralement, c'est le jour et la nuit. Râler avant "oh non déjà samedi, va tout falloir nettoyer encore...", pendant "aaaaarggg ça me soule cette serpillère ultra sophistiquée qui laisse des traces noires sur le carrelage blanc, puis d'ailleurs c'est naze le carrelage blanc !", et après "ben voilà, je suis claquée et en plus on voit à peine que c'est propre...". Et encore, là ce n'est rien. Je peux même pleurer, criser, envoyer tout valser, et hurler quand Rajli rentre "Cette fois c'est fini je veux une femme de ménage !!!!". Et lui de me répondre, comme à chaque fois "Mais avec plaisir chérie, aucun souci j'appelle ma sœur et elle va nous donner le téléphone de celle qui vient chez elle".

Mais il y a un problème, c'est que j'ai une sorte de fierté mal placée (débile en fait), ou de complexe refoulé venant je ne sais d'où, qui fait qu'à l'idée de faire appel à une femme de ménage je culpabilise soudain à mort en me disant que ma chère maman a entretenu une grande maison toute seule sans jamais râler, parce qu'en France rares sont ceux qui ne font pas ménage et vaisselle de leurs propres petites menottes... Et puis je me dis, quand même, 80m2, une fois par semaine et sans enfants, ce n'est pas la mer à boire ! Alors je m'entête, je me gonfle de fierté, puis le samedi revient, je re-râle, je me fais défenseuse de la non-perfection du ménage, et ça va, en fait je le vis pas si mal.

J'avoue que quand je suis invitée chez une copine et que son aide-cuisine lui apporte un repas de ouf, je pense à mes gratins sans âme et je me dis que je pourrais faire un effort... mais en fait non. Un jour je serai une grande cuisinière. Inchallah. Ou bien j'arrêterai de faire ma rebelle, et je trouverai une bonne âme pour m'aider.

Gawria Aromatisée

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire