Casa vibrante Casa ville aux mille visages

Casablanca est une ville aux mille visages dont on ne finit jamais de découvrir les quartiers aux styles si opposés. Chaque détour de rue plante un nouveau décor et l'on se rend compte que l’on ne connaît que très peu de cette immense métropole... Je commence à l’avoir quand même bien sillonnée, et plus je la connais, plus je l’aime, cette Grosse Casa. Avec ses dangers, ses poussières, avec ses palmiers et avec sa corniche. 

Casa c’est ce mix de pauvreté extrême, ces bidonvilles qui résistent aux années et dont les toits fleurissent de paraboles, et ces résidences neuves en construction à chaque coin de rue, illustre symbole d'une bulle immobilière en croissance exponentielle. C’est un chantier vivant, c’est des immeubles qui poussent en quelques mois, c'est le festival de la Porshe Cayenne et le Royaume de la Dacia, c'est le cireur de chaussures de 7ans qui côtoie le business man avec chauffeur, c'est la thèse et l'antithèse, c'est l'anarchie organisée, c'est la foule, c'est les cris, c'est le festin des couleurs et des odeurs, c'est les gosses qui changent la rue en terrain, c'est les ânes et leurs charrettes qui squattent les feux rouges, c'est les T-max qui chopent tout ce qui brille, c'est la flambée du possible impossible, c'est la surprise continuelle, c'est le contraste, c'est une douce bagarre quotidienne, c'est du bon comme du dur, du tendre comme du sec, c'est du fort, c'est du salé, c'est du sucré, c’est la surenchère d'une folie plurielle. 

De ses villas à ses caryanes, Casa bouillonne, Casa délire. Il faut s’y faire sa place, trouver son rythme. Ne pas tomber dans la classe dorée ni dans la fausse qui veut s’approprier un luxe qu’elle n’est pas, ce monde fake dans lequel tout le monde semble rêver d’évoluer, et en même temps ne pas s’écarter non plus trop de la modernité et du progrès qui poussent la population à l'ouverture positive (si elle est réfléchie) et à l'égalité des conditions. Pour vivre ici, il faut faire sa place, la construire de toutes pièces au cœur de cette vibrante cité qui se fait nôtre si on sait l'aimer, il faut tirer les ficelles qui nous intéressent et s'approprier les sourires dans chacun de ses mille visages, dans la tradition, la simplicité, les idéaux familiaux, et puis la modernité, l’évolution des mœurs, des modes de vie, des technologies, des rêves, des possibles...

À chacun son Casa, moi je suis toujours en train de puzzler le mien.

Gawria Aromatisée

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire